Ligue 1 : Le mercato dans un contexte de crise

Pour les clubs de la ligue 1, le mercato est souvent un moyen de trouver des liquidités. Aussi, pour la plupart des clubs français, à part le Paris Saint-Germain, le mercato d’hiver a été une occasion de vendre les joueurs convoités, au détriment de la valeur sportive.

Seul le Paris Saint-Germain a été une exception lors de ce mercato. Alors que les autres formations ont été à la recherche de liquidités, le club parisien a eu une tendance inverse. Les fonds investis par les qataris de QSI semblent illimités. Pour le PSG, ce mercato a été marqué par l’arrivé de Lucas Moura, le Brésilien qui a couté 40 millions d’euros (l’une des transactions les plus chères de ce mercato) et récemment, l’arrivée du Spice Boy, David Beckham, véritable bling bling du football. Par rapport aux autres clubs de football français le contraste a été choquant.

Comme on est en temps de crise, c’est les ventes de joueur qui ont été nombreux dans le Championnat français. Les clubs français ont été très actifs lors de ce mercato hivernal. Un recensement officiel de la Ligue de Football Professionnel a indiqué que les clubs de la ligue 1 ont fait partir 55 joueurs tandis que 44 nouveaux joueurs sont arrivés dans le championnat. La priorité, pour la plupart des équipes, a été de renflouer les caisses. Selon Philippe Diallo, le directeur général de l’Union générale des clubs professionnels de football (UCPF), le contexte de crise a eu un impact sur les recettes issus des billetteries, des sposoring et produits dérivés. Aussi, ils sont obligés de combler le manque à gagner.

De ce fait, tous les moyens sont bons pour les clubs de la ligue 1 pour gagner de l’argent, même si cela peut mettre en péril les performances sportives. La tendance de ce marcato hivernal a été de vendre les éléments, dès qu’ils sont encore sous contrat, même si certains sont les piliers des équipes. De nos jours, un joueur est intéressant lorsque sa valeur marchande est élevée et les conseils d’administrations l’ont bien compris. On peut, par exemple, prendre le cas de Sissoko qui a été contraint de quitter Toulouse à six mois de la fin de son contrat car il a été vendu par son président à Newcastle. C’est une réalité à laquelle il faut se résoudre dès qu’il y a un mercato, déclare Christian Gourcuff, un peu fataliste, alors que le milieu de terrain Alaixys Romao a quitté Loriet pour Marseille pour 2 millions d’euros.

Ainsi, l’aspect économique et commercial du foot a eu le dessus sur l’aspect sportif. Bien sur, si les finances d’un club sont fragiles, les performances sportives peuvent être influencées. Durant ce mercato d’hiver, le nombre d’internationaux ou d’ex-internationaux français ayant quitté la ligue 1 s’élève au nombre de six. Il s’agit de Debuchy, Sissoko, Yanga-Mbiwa, M’Vila, Hoarau et Rémy.  Il y a des clubs, comme Bordeaux, Valencienne, Nancy ou Brest qui ont décidés de se séparer des meilleurs joueurs afin de répondre aux impératifs financiers. En effet, les pertes subies par les clubs de ligue 1 et ligue 2 ont été estimées à  107 millions d’euros lors de la saison précédente.

Afin de combler le vide laissé par les joueurs partis, les formations essayent d’être astucieuses. Selon José Agino, le directeur sportif de l’Olympique de Marseille, il faut penser d’une autre manière et trouver les joueurs là où personne ne vient chercher. L’OM a trouvé le joueur sénégalais Sougou, âgé de 28 ans, en Roumanie. Il a été recruté afin de remplacer Loïc Rémy qui a rejoint le Queens Parc Rangers.

Par contre, le directeur de l’Observatoire du football, Raffaelle Poli, voit les choses autrement. En effet, la dynamique actuelle oblige les clubs français à parier sur les jeunes joueurs méconnus. Cela encourage la découverte de nouveaux talents qui peuvent alors être formés et mis en valeur. Dans ce sens, la France serait un modèle.

Source : http://fr.1001bookmakers.com

Categories: Uncategorized